Donnons aux salarié.e.s des TPE les mêmes avantages qu'aux autres !

Publié le 06/01/2017 à 17H45
L'Union départementale de la Haute-Garonne a remis (à l'instar d'autres départements de Midi-Pyrénées), jeudi 5 janvier, un carnet de chèques cadeau à un salarié (adhérent) d'une TPE, illustration de la volonté de la CFDT de voir la création de comités interentreprises pour les petites entreprises. A cette occasion, La Dépêche et France Bleue Toulouse étaient présents.

C'est Thierry Lataste, secrétaire adjoint de l'UD31 et co-animateur de la campagne TPE, qui a accueilli l'adhérent sélectionné et les journalistes. Deux points étaient à l'ordre du jour : les élections TPE et les présidentielles.

Thierry a présenté les actions mises en place par la CFDT en Midi-Pyrénées dans le cadre de la campagne. Outre des actions de communication, la CFDT est présente sur le terrain régulièrement, depuis plusieurs mois, sur l'ensemble du territoire de la région, pour rencontrer des salarié.e.s et des employeurs de petites entreprises, leur présenter les élections, leurs enjeux et les inciter à voter. L'accueil des militant.e.s est bon : ils.elles ont le sentiment que les salarié.e.s rencontré.e.s sont en phase avec ce que porte l'organisation. En effet, tout comme leurs employeurs.euses, ils.elles souhaitent tou.te.s trouver des solutions pour travailler dans des conditions pérennes. 

La participation n'est, pour l'instant, pas massive. Le report des dates après les fêtes de fin d'année joue un rôle dans ce manque de mobilisation. Ce que regrette Thierry : il rappelle que l'artisanat et les petites entreprises sont le plus gros employeur de France et que nous ne pouvons tolérer que l'on ne traite des questions de qualité de vie au travail, d'activités culturelles et sociales, ... pour les millions de salarié.e.s de ces entreprises. 

En ce qui concerne les présientielles, Thierry reprend l'antienne de la CFDT "ni neutre ni partisane". La CFDT n'appelera pas à voter pour un.e candidat.e, ni n'affichera de préférence. La priorité de l'organisation reste la défense des salarié.e.s quel que soit le gouvernement en place. C'est pour cela qu'elle présentera le 16 mars les résultats de la grande enquête nationale "Parlons Travail" qui s'est tenue de septembre à fin décembre et à laquelle plus de 200.000 personnes ont répondu. Le but de cette enquête étant de mettre le travail au coeur des débats et des enjeux des présidentielles, les candidat.e.s seront invité.e.s à se positionner par rapports à ces résultats.