Une protection sociale de qualité pour tou.te.s

Publié le 18/11/2016 à 14H39
Depuis janvier 2016, la complémentaire santé (mutuelle) est obligatoire pour tou.te.s les salarié.e.s. Elle participe à un meilleur accès aux soins quelle que soit la taille de l’entreprise.

En mai 2016, la CFDT recensait 82 négociations nationales qui ont abouti à la signature d’accords professionnels mettant en place une complémentaire santé ou une mise à jour des dispositions légales. Ces accords de branche concernent pour le moment plus de 6 millions de salarié.e.s de TPE (sans compter leurs familles).
La CFDT a négocié dans un grand nombre de branches pour rendre effectif le droit à une complémentaire santé pour tou.tes : dans les HCR (hôtels, cafés, restaurants), les services de l’automobile, pour les gardien.ne.s et concierges ou encore les salarié.e.s des cliniques vétérinaires.

La complémentaire santé c’est :

  • l ’obligation pour les employeurs ou employeuses de garantir une couverture collective des frais de santé non couverts par la Sécurité sociale aux salarié.e.s qui n’en bénéficient pas déjà : le ticket modérateur (ce qui reste à charge après le remboursement de l’assurance-maladie), le forfait journalier hospitalier, les soins dentaires ou encore le forfait optique
  • l ’obligation pour l’employeur.euse de financer la moitié du coût de cette complémentaire
  • un coût abaissé grâce à une mutualisation plus grande

La complémentaire santé vous garantit des soins de bonne qualité et au juste prix grâce à un contrat collectif et la possibilité de progresser professionnellement en changeant d’entreprise, sans craindre de perdre sa couverture santé.


L’accord de votre profession ou celui de votre entreprise peut prévoir une protection santé (médecins, laboratoire, optique, dentaire) pour votre famille. Elle peut être facultative, vous choisissez d’y adhérer ou pas, vous avez donc une cotisation supplémentaire à payer qui n’est pas prise en charge par votre employeur.euse. Ou obligatoire : votre employeur.euse a décidé de couvrir votre famille, il ou elle doit donc payer la moitié de la cotisation totale (salarié.e et famille).