Cop 21: La CFDT met la pression à Fabius

Publié le 09/12/2015 à 11H30
Monsieur le Ministre ...

Monsieur le Ministre,

Nous sommes bien avancés dans les négociations de la deuxième semaine de la COP 21.

Nous mesurons toute l’urgence que cette négociation aboutisse à un accord climatique ferme pour un avenir juste et durable. La communauté internationale ne peut renvoyer à plus tard l’adoption des mesures nécessaires pour garantir un monde viable pour les êtres humains.

Toutefois, un tel accord ne peut pas être ambitieux sans la prise en compte des intérêts des salariés. 
A la lecture du texte qui vous a été remis samedi par les deux coprésidents de la Plateforme de Durban, chargée de définir les grandes lignes de l’accord de Paris, nous ne pouvons que réitérer nos revendications. 
Nous rappelons par ailleurs les engagements pris par la France dans l’appel conjoint à l’action de la France et du Pérou sur le changement climatique et l’emploi décent du 10 juin 2015,qui stipule notamment que : « l’objectif de cet appel est d’encourager les parties à la CCNUCC à mieux intégrer les dimensions du travail décent dans la lutte contre le changement climatique ».
Ainsi, la principale revendication du mouvement syndical international, une transition juste pour les travailleurs, n’apparait plus que dans le préambule.

Elle doit au contraire figurer dans le corps du texte, dans l’article 2, pour garantir sa prise en compte.

Pour nos organisations, l’enjeu est de parvenir à situer les questions d’emploi dans les actions en cours, non pas comme une variable d’ajustement, mais bien comme une condition de réussite de celles-ci.
Il est donc encore temps pour que les travailleurs ne soient pas oubliés dans l’indispensable lutte contre les changements climatiques.

Les parcours professionnels des salariés doivent être sécurisés par le dialogue social. Une évolution des compétences et des qualifications des salariés et des dirigeants est nécessaire et doit être anticipée.
Nos organisations, aux côtés de la Confédération Syndicale Internationale, souhaitent que la Présidence française de la COP mette tout en œuvre pour aboutir à un accord ambitieux et contraignant, dans lequel la Transition Juste pour les travailleurs est inscrite dans la partie opérationnelle du texte.
Nous comptons sur l’impulsion et le volontarisme de la présidence française pour répondre aux attentes des salariés.
Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération.