RÉFORME TERRITORIALE DE L'ÉTAT

Publié le 26/07/2015 à 17H59
  RÉFORME TERRITORIALE DE L'ÉTAT : LA CFDT LANGUEDOC-ROUSSILLON ET MIDI-PYRÉNÉES INSATISFAITE APPELLE AUX RESPECTS DES AGENTS ET À UN PROJET DE L'ÉTAT PLUS CLAIR !  

Un premier cycle de rencontres pour préparer la fusion des services de l'Etat en Région se termine.

La CFDT s'est engagée avec détermination et esprit constructif dans ces échanges. Plusieurs dizaines de militants ont élaboré des propositions concrètes donnant du sens à cette réforme de l'Etat pour une action publique de qualité sur l'ensemble du grand territoire. Elle a constamment rappelé que la qualité de vie au travail des agents est une des conditions de réussite de cette réforme.

Un dialogue social très inégal selon les services et qui n'est pas à la hauteur des enjeux :

  • La réforme est menée à marche forcée : le temps est trop court pour la réflexion et pour un dialogue social de qualité.
  • Les agents n'ont pas été associés aux discussions qui ont concerné essentiellement l'encadrement supérieur.
  • Les informations communiquées aux organisations syndicales sur l'organisation future des services ont été très insuffisantes voire inexistantes.
  • Les échanges ne montrent pas une vision politique d'ensemble, un réel projet politique pour nos services publics dans la future région.

Lors de ces rencontres, les équipes de la CFDT ont constamment défendu :

1. Une répartition des directions régionales entre Montpellier et Toulouse dans la logique d'équilibre et de complémentarité.

  1. La prise en compte des inquiétudes légitimes des agents notamment en ce qui concerne les questions de mobilité, de cadre d'emploi, d'évolution des missions, par un accompagnement de qualité.
  2. L'accessibilité aux services publics de qualité dans tous les territoires dans une logique de cohésion sociale et territoriale.
  3. Un projet de l'Etat orienté vers la transition énergétique, les besoins des populations et l'augmentation massive des compétences des citoyens qui rende sa fonction de stratège à l'Etat en Région.

Sur le premier point, et malgré la garantie d'une répartition maintenue des effectifs régionaux entre les deux régions actuelles (45% en Languedoc-Roussillon, 55% en Midi Pyrénées), les inquiétudes demeurent car il y aura déséquilibre plutôt qu'équilibre entre les deux métropoles, déséquilibre qui risque de s'accentuer dans l'avenir.

Sur les deux points suivants et dans l'état actuel des informations transmises, les mesures prévues pour l'accompagnement des agents sont pauvres et nous dénonçons l'absence de visibilité de l'avenir des services publics et des conditions de travail des agents.

Enfin sur le dernier, nous sommes bien en peine de pouvoir répondre à la question « à quoi va servir cette réforme ? », maintenant le doute et l'expectative pour les citoyens et les agents sur le bien-fondé de telles évolutions.

La CFDT Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées regrette la méthode suivie lors de cette première phase de « dialogue ». Celle-ci maintient les agents dans l'incertitude et l'inquiétude alors qu'ils devraient être les premiers acteurs des changements qui les concernent.

Contacts Presse :

 

CFDT LANGUEDOC ROUSSILLON

04 67 64 21 4704 67 64 21 47

URI CFDT LANGUEDOC ROUSSILLON

474, allée Henri II de Montmorency

34000 - Montpellier

 

CFDT MIDI PYRENEES

05.61.43.67.8705.61.43.67.87

URI CFDT MIDI-PYRÉNÉES

 3 chemin du Pigeonnier de la Cépière

 Bt C - 2ème étage

31100 TOULOUSE