La CFDT en Occitanie agit contre les violences sexuelles et sexistes au travail

Publié le 21/03/2018 (mis à jour le 04/04/2018)

Dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes, deux événements ont été organisés en Occitanie les 15 et 16 mars sur les violences sexuelles et sexistes au travail, en présence de Christope Dague, secrétaire général de l'UD de Paris et membre de la commission confédérale femmes.

Il est intervenu dans un premier temps lors du premier café-débat organisé par l'UD du Gard, à Nîmes, avec une trentaine de militant.e.s. Le lendemain il a coanimé une formation sur les VSST à la Grande Motte, module qu'il a lui-même réalisé à partir de son expérience sur le terrain. C'était ainsi la première fois que ce module de formation était déployée en dehors de Paris. 

Entre quizz, définitions juridiques, mises en situations et leviers d'action dans et hors de l'entreprise, il s'agissait de donner aux participant.e.s et stagiaires quelques outils pour lutter contre ces violences dans le cadre de leur activité syndicale. Un sujet qui est au coeur de la réflexion cédétiste depuis sa création :

  • dans les années 70, Jeannette Laot, alors première femme secrétaire nationale, co-fonde le MLAC (mouvement de libération de l'avortement et de la contraception)
  • en 1992, Béatrice Ouin, secrétaire nationale en charge de l'égalité femmes/hommes demande et obtient une première définition juridique du harcèlement juridique
  • Annie Thomas, ex-secrétaire générale de l'URI Midi-Pyrénées prend sa suite et tente dans les années suivantes de lancer une dynamique pour combattre les VSST par la diffusion de brochures et la création de groupes de parole
  • La dynamique reprend au cours des années 2000, via le projet "respectées" initiée par l'UD de Paris

Que ce soit par l'affichage, l'interpellation des directions de mettre en application les dispositions légales (les employeurs.ses doivent tout mettre en place pour protéger les salarié.e.s et agent.e.s du harcèlement sexuel), par l'accompagnement et l'accueil des victimes, la demande de temps de formation et de sensibilisation, ... les militant.e.s syndicaux.ales ont toute légitimité pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes au travail et pour défendre les victimes en emploi. 

Une prochaine session de formation se déroulera à la Grande Motte le 16 octobre : rapptochez-vous de votre syndicat pour vous inscrire ! 

christophe-dague-cafe-debat-violences-sexuelles-et-sexistes-au-travail-nimes-cfdt-occitanie  cafe-debat-violences-sexuelles-et-sexistes-au-travail-nimes-cfdt-occitanie